Attrapée dans le métro londonien

Bonjour tout le monde. C’est arrivé il y a quelques années lors d’un voyage d’affaires à Londres.

J’avais un hôtel à l’extérieur du centre-ville et je me rendais à Londres tous les matins dans le métro. D’habitude, c’était très occupé et on était tous emballés ensemble comme des sardines. Donc, si quelqu’un vous rencontrait ou si quelqu’un vous jetait un coup d’œil, c’était compréhensible et je n’y prêterais pas attention.

Mon patron sait que je suis une salope, même s’il n’a jamais rien essayé. Il est heureux en ménage et monogame. Mais il m’a demandé de m’habiller un peu provocateur pour la réunion la plus importante afin de distraire les autres gars pendant les négociations. Ce jour-là, je portais une jupe et un chemisier boutonné sans soutien-gorge ni culotte. De loin, j’avais l’air parfaitement respectable, mais au fur et à mesure que vous vous rapprochiez, cela devenait de plus en plus distrayant 😉 Je ne portais pas de culotte pour pouvoir reconstituer leur instinct de base. J’ai été très discret cependant, c’était juste une suggestion plutôt qu’un flash complet sur la chatte. C’était un peu difficile de ne pas devenir une vraie salope, mais j’avais une réputation professionnelle à protéger et je devais être capable de nier tout ce qui s’était passé. On peut dire sans risque de se tromper que ça a marché, parce qu’on en a tiré beaucoup de choses.

Sur le chemin du retour dans le métro, j’étais un peu excité de taquiner ces gars et j’étais un peu perdu dans mes pensées sur la façon dont j’aurais aimé conclure l’affaire en les baisant tous les trois là-bas dans le bureau. Puis j’ai senti une brosse à main contre mon cul. Je n’y ai pas prêté beaucoup d’attention, parce que nous étions très serrés ensemble dans ce train. Mais je l’ai senti à nouveau, mais cette fois-ci un peu plus lentement. Ça m’a assez énervé car j’étais déjà excité. Quand la main est revenue une troisième fois, j’ai poussé mes fesses dedans pour lui signaler que j’aimais ça. Cela l’a encouragé, parce qu’il m’a serré le cul et a laissé une autre main reposer sur ma hanche. Je n’ai pas regardé autour de moi pour voir qui le faisait. L’anonymat l’a rendu encore plus chaud. La main sur ma hanche a commencé à glisser vers mes seins. Il a attrapé mon sein droit par-dessus mon chemisier. Je ne portais pas de soutien-gorge, alors il a eu un bon feeling. Puis il a eu plus d’audace et a ouvert un bouton et a glissé sa main à l’intérieur de mon sein nu, en le serrant et en jouant avec le mamelon. Je baisse un peu la tête pour lui montrer que j’aime ce qu’il fait. La main sur mon cul glisse vers le bas et soulève ma jupe. Il m’attrape le cul nu et me serre fort. Il réalise que je ne porte pas de sous-vêtements. Hen bouge ensuite sa main vers l’avant à travers mes hanches jusqu’à ma chatte. Je suis si mouillé qu’il glisse deux doigts sans problème. Il presse maintenant aussi ses hanches dans mon cul et je peux sentir sa bite dure à travers son pantalon qui presse contre moi. Il commence à me doigter fort tout en me saisissant les seins. C’est très dur de ne pas gémir. On est si serrés les uns contre les autres que personne autour de nous ne remarque ce qui se passe. On me touche et on me doigte au milieu de la foule et personne ne sait ce qui se passe. Il fait si chaud !

Il me grince les hanches sur le cul en se stimulant à travers son pantalon. Je décide de l’aider. Je le pousse doucement vers l’arrière et je l’éloigne doucement de mon cul. Il hésite, mais cède. J’attrape sa braguette et je l’ouvre. J’ai découvert à l’intérieur qu’il ne porte pas de sous-vêtements non plus. Je sors sa bite et je commence à la caresser. Je sens ses mains se crisper, me serrer et me doigter plus fort. Il doit aimer ce que je fais. Je l’ai branlé pendant que la tête de sa bite glissait sur mon cul nu, lui donnant une double stimulation. J’aurais adoré qu’il se penche et qu’il me baise, mais hélas, c’était impossible.

Plus il est excité, plus il est dur. Il me doigte très fort maintenant et c’est presque impossible de ne pas gémir. Le je le sens soudain tendu. Il va jouir, je me suis dit, cet étranger va me tirer une balle dans le cul dans un train bondé ! C’est exactement ce qu’il fait. J’entends sa respiration lourde derrière moi et puis sa bite commence à secouer et je sens de gros jets de sperme chaud couler sur mon cul nu. C’est trop pour moi et je commence à jouir aussi bien, en faisant de mon mieux pour rester calme et presque réussir. Je ne peux m’empêcher de gémir. Autant que je sache, personne ne l’a remarqué par chance. Le gars me lâche et je m’enfile le sperme sur le cul comme une lotion pour que vous ne puissiez pas voir les grosses gouttes quand je sors du train. Je redresse mes vêtements. Consciemment, je ne regarde toujours pas en arrière pour voir son visage. L’anonymat le rend encore plus sexy.

J’atteins enfin ma station, je descends et je vais directement à ma chambre d’hôtel. Je me déshabille complètement. Je sens encore comme ce sperme d’étranger. Je t’appelle Suzanne et je lui dis ce qui s’est passé. On est tous les deux si excités qu’on fait l’amour par téléphone le reste de la soirée. Vers 11 heures, je me sens faible et je me rends compte que je n’ai pas encore mangé, alors je commande le room service et je m’endors. Le lendemain matin, je suis rentré chez moi chez Suzanne et j’ai passé une autre nuit à réfléchir ensemble à ce qui s’était passé.

J’espère que cette petite aventure vous a plu aussi.

Bisous,

Jessica

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *