Le vidangeur a entretenu ma chaudière, alors je l’ai entretenu.

Je vais commencer par dire que les commentaires et les messages sont les bienvenus, mais je suis un peu occupée, donc je ne répondrai peut-être pas ; je suis désolée à l’avance !

Hier, j’ai donc demandé à un préposé au gaz de faire une vérification annuelle de sécurité de ma chaudière pour s’assurer que tout est en bon état et que cela ne va pas me tuer de sitôt. Jusque-là, je n’avais pas eu de relations sexuelles avec qui que ce soit depuis presque deux semaines, j’utilisais mes jouets et mes mains, alors j’avais besoin de m’amuser un peu avec quelqu’un……

J’ai reçu un texto du type qui m’a dit que son heure d’arrivée prévue serait d’environ une heure pendant qu’il terminait un travail, puis, en chemin, j’ai pensé honnêtement que c’était une bonne petite touche que de recevoir un texto au lieu de devoir attendre à peu près une bonne partie de la journée. À cette heure, je me suis dit : « Je me demande si je ne pourrais pas m’en prendre à lui. J’ai pris une douche, je me suis coiffé, je me suis maquillé, rien de trop OTT, juste un peu de mascara, un peu de eye-liner, et un rouge à lèvres nu/rose clair. Soutien-gorge en dentelle rouge et string assorti, et un kimono en soie rose que j’ai noué assez lâchement pour qu’il puisse voir mon décolleté/lingerie.

Il arrive enfin et je réponds à la porte, et sa première réaction a été qu’il avait l’air assez choqué et ses yeux ont failli lui sortir de la tête. Il était assez séduisant, il avait des cheveux blonds foncés, courts et courts, de beaux yeux ; ne me demandez pas de quelle couleur, je ne m’en souviens pas, mais je me souviens qu’ils étaient beaux.

« Oh hé », je dis : « Je m’habillais comme tu as frappé. »

« ah, ok. Je peux revenir un peu plus tard, si tu veux. » Il dit.

« Non, d’accord, c’est bon », dis-je avec un petit sourire sur le visage.

Nous allons dans la cuisine et discutons de l’état général de ma chaudière, si j’ai eu des problèmes avec elle récemment, quel âge elle a, etc…. tous les trucs assez ennuyeux que je ne vais pas prendre la peine de transcrire ici, en lui en parlant, je m’appuie un peu sur ma barre de déjeuner et pousse mon décolleté ensemble. Il n’arrête pas d’essayer de me regarder dans les yeux, mais il regarde mes seins plusieurs fois. Après cela, il se rend à ma chaudière lui donne les chèques dont il a besoin, à côté de mes robinets et de ma cuisinière, nous faisons la conversation dans les moments où il est dans la cuisine, mais encore rien de trop excitant.

Après qu’il ait fini les vérifications (la chaudière est en sécurité, si vous vous en souciez), il a rangé ses outils et s’apprête à partir. (J’ai aussi omis la partie sur le fait de payer car ce n’est pas sexy, n’est-ce pas ?)

« Alors, tu veux que ta bite te suce ? » Je demande

« Huh, quoi ?! »

« Tu es célibataire, tu veux que ta bite te suce ? »

« Ermm… ouais. » il répond avec un peu d’hésitation.

J’ouvre mon kimono à peine fermé et le pousse de mes épaules et le laisse tomber par terre, je me mets à genoux « Viens ici alors ». Je lui fais signe.

Il s’approche, et je défais son pantalon de travail et je descends son caleçon, une bite de taille moyenne et d’allure moyenne ; ce qui est à moitié dressé. Je le prends dans ma bouche et je commence à le sucer, il devient complètement dur très rapidement. Je continue à travailler sa bite, je la porte au fond de ma gorge, je le regarde avec mes « yeux innocents » et de temps en temps il murmure « awh, fuck ».

Je le sors de ma bouche et je le branle en lui demandant : « Je parie que tu as des petites salopes qui se jettent sur toi tout le temps, non ? »

Vous êtes le premier, dit-il.

J’enlève ma main de sa bite raide, je détache mon soutien-gorge et je l’enlève.

« Et si tu baisais cette tête de salope ? » Il ne dit rien, ses mains montent à l’arrière de ma tête et il m’enfonce sa bite dans la gorge et commence à me faire face. Mes yeux pleurent, et ma bouche se remplit de salive, ce n’est pas long jusqu’à ce qu’il sorte sa bite et me crève le visage, j’ouvre ma bouche et la salive tombe le long de mon menton et sur ma poitrine.

Je reste agenouillé pendant qu’il range sa bite. Je reste en contact si j’ai besoin d’un travail « , dis-je en souriant à travers mon visage couvert de sperme. ‘euhh….. cool, ok. Je vais me laisser sortir  » répond-il et il s’en va. Je reste par terre jusqu’à ce qu’il parte, je mets ma main dans mon string et je me fais jouir. Son sperme glissant lentement le long de mon visage s’égoutte sur ma poitrine.

Je vais dans ma chambre et je me regarde dans le miroir en voyant son travail, je me masturbe encore une fois parce que je viens d’aspirer un étranger dans un scénario qui sort tout droit d’une scène porno (et le fait que son sperme est sur mon visage et coule sur mon corps).

J’adore être une salope stupide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *