Un peu de nostalgie de bite

Avez-vous déjà rencontré une bite qui a rendu insignifiants tous ceux qui vous ont précédé et qui a raillé l’expérience de tous ceux à venir ? Non, je ne parle pas d’amour. Juste une très belle bite énorme. Dans ma mélancolie de bite actuelle, j’ai ressenti le besoin de partager un de mes souvenirs préférés. Quel meilleur endroit que ma communauté préférée sur Reddit ? (Désolé pour le jetable, mais à beaucoup de gens savent maintenant mon compte ;- -)))

La bite dont je parle appartenait à un pote à moi.

En dehors de nos habitudes de fête et de notre cercle d’amis, nous étions des opposés polaires. Il (m24) était un type pratique, un peu conservateur et exclusivement dans des relations à long terme avant, alors que moi (f25)… travaillant comme un artiste et n’a jamais eu une relation qui a duré plus de trois mois. Mais j’ai eu ma part d’aventures de salope. Je ne dis pas que l’un ou l’autre est meilleur que l’autre, mais nous venons de deux milieux très différents. Plus on passait de temps ensemble, plus il était évident qu’on n’était pas compatibles. Mais ce n’est pas un film de Disney de toute façon, n’est-ce pas ?

Lors de notre première nuit ensemble, nous avons terminé chez lui après un intense marathon de 10 heures. En sueur, encore légèrement ivre et excité comme un con. On a commencé à s’embrasser sur son tapis de salon avant qu’il ne me porte et ne me jette sur son lit. Il s’est jeté sur moi pendant un bon moment (il m’appuie encore) avant de me coincer et de me baiser jusqu’à ce qu’on s’effondre tous les deux.

Au fur et à mesure que notre liaison se poursuivait, je pouvais dire que ses relations antérieures lui avaient appris à se comporter d’une certaine façon avec les femmes. J’ai été sa première liaison occasionnelle et, à bien des égards, j’ai adoré l’attention (qui n’aime pas prendre le petit-déjeuner au lit le lendemain matin au lieu d’un « puis-je vous appeler un taxi… ou prenez-vous le bus ? Je suis sérieusement un peu à court d’argent en ce moment »), mais d’autres façons… pas tant que ça. Notre vie sexuelle est devenue un peu plus domptable après la première baise initiale. Mais cette première nuit-là, j’ai vu qu’il y avait un instinct plus primitif chez ce gentil garçon. Il a appris à le supprimer et il lui fallait peut-être juste un petit coup de pouce pour s’en sortir. J’étais plus que disposé à être cette poussée…

xxxxxxxxxxxxxxx

Mais avançons rapidement vers notre dernière aventure ensemble. Et quel chemin nous avions parcouru. Un chemin qui l’a certainement ruiné pour les gentilles dames après moi 😉

Le même ami qui nous a présentés a organisé un événement dans un petit club secret au milieu de la ville. C’était début août et la sueur coulait du plafond. La salle occupe deux étages, l’étage supérieur étant une petite galerie surplombant la piste de danse et la foule, avec des canapés ainsi qu’un petit vestiaire.

Je parlais à mes amis à l’extérieur pour échapper à la chaleur oppressante pendant un moment quand mon FB m’a soudainement saisi la main et m’a dit de venir avec lui à l’intérieur. En m’excusant auprès de mes amis, je l’ai suivi dans le petit escalier qui mène à la galerie. Il s’est assis sur l’un des délicieux canapés en cuir et m’a tiré avec force sur ses genoux et a commencé à m’embrasser de façon incontrôlable et sans un mot à perdre. A part le petit vestiaire et le gars qui y travaillait, la zone était vide, ne laissant que nous au-dessus de la foule qui dansait. Ignorant notre environnement, il s’est frayé un chemin le long de mon cou et de mes seins tandis que mes hanches commençaient à tourner automatiquement au rythme de la musique qui battait en dessous de nous. Il a baissé mon haut et a commencé à embrasser ma poitrine. Ses mains sont descendues dans mon pantalon et ses doigts ont commencé à me baiser au rythme de la musique. J’ai rapidement commencé à gémir et ma respiration s’est accélérée. Mon orgasme a commencé à se développer rapidement à partir de l’excitation du changement inattendu des événements et je me suis effondré au-dessus de lui en tremblant, en gémissant et en respirant fort. Il m’a donné un moment pour reprendre mon souffle avant de retenir mon visage et de dire : « Nous allons aux toilettes. Maintenant tu vas faire quelque chose pour moi ». En souriant, il m’a tiré vers le haut pendant que le type au manteau nous suivait de son regard et nous faisait un clin d’œil effrayant. Je pouvais voir le gonflement dans son pantalon avant que mon FB ne m’emmène dans les toilettes d’à côté. Il m’a embrassée de force avant que je ne m’agenouille et que je ne baisse affreusement son pantalon. Je n’aimais pas le carrelage sale de la salle de bains, les gens dans la stalle d’à côté ou à quel point nous étions tous les deux en sueur et dégoûtants. À ce moment-là, tout ce que je voulais, c’était sa bite. Le fait qu’il ait agi de cette façon autour de moi et la chaleur de toute la situation m’a fait ressentir une envie que je pouvais à peine retenir. …. J’ai déjà eu ma part de bites et je me suis fait baiser par des nationalités différentes. Mais dans la salle de bain, là, c’était juste une révélation de bite… joliment formée, girthy et grande. Vraiment glorieux……. Mais je suis parti à la dérive. Allons de l’avant.

II a baissé son pantalon et s’est agenouillé devant lui. J’ai commencé à prendre sa bite déjà dure dans ma main et je l’ai massée tendrement pendant que je lui léchais l’intérieur de sa cuisse et lui lançais un regard pervers. Sa peau avait un goût salé et métallique. Un léger sourire sur son visage m’a dit de passer à autre chose. J’ai léché son manche de haut en bas avant de lui mettre les couilles dans la bouche. Ma main n’arrêtait pas de glisser vers le haut et vers le bas de sa bite parfaite et un autre regard vers le haut m’a dit que je me débrouillais bien. J’ai reculé et j’ai commencé à sucer passionnément sa bite en m’étouffant de temps en temps avec sa taille. Soudain, il a relevé la tête et m’a forcée contre la porte. Il m’a embrassé sous un souffle lourd et m’a attrapé le cou avant de se retirer et de me regarder dans les yeux. « Tu veux mon sperme, n’est-ce pas ? » J’ai lentement hoché la tête et me suis mordu la lèvre. Il n’y avait rien dans ce monde que je voulais plus à ce moment-là que sa charge chaude dans ma bouche et d’être sa petite salope obéissante. J’ai glissé le long du mur et je me suis agenouillé devant lui. Prêt et prêt à faire tout ce qu’il me demande. J’ai levé les yeux vers son visage et j’ai commencé à jouer avec moi-même, caressant mes seins encore exposés et me mordant la lèvre pleine d’excitation à peine contenue. Finalement, tout son corps s’est mis à trembler et une charge chaude de sperme a atterri dans ma bouche grande ouverte. Salé, aigre, délicieux. Nous nous sommes tous les deux reposés un moment, rattrapant ou respirant avant qu’il ne m’arrache à nouveau et ne me presse fort contre le mur. Il m’a embrassé une dernière fois « tu as fait du bon boulot ». Son haleine est toujours aussi rapide que la mienne, avant qu’on ouvre la porte. Nous avons quitté le stand juste pour trouver une longue file d’attente impatiente devant lui, nous saluant avec des regards à moitié ennuyés et à moitié amusés. Nos deux visages couverts de sueur et de mascara.

Pour ma petite histoire que je voulais partager. J’apprécie vraiment à quel point j’ai corrompu ce chiot innocent qui n’était même pas au courant de son don. Mais autant ce coq a été une bénédiction, autant il a été une bénédiction déguisée. Toutes ces bites m’ont un peu déçu depuis. C’est vraiment frustrant. J’espère que ça passera aussi et que la bite pour moi est toujours là. D’ici là, la recherche continue…;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *